Les Amis
 d'Aignay-le-Duc et Alentours

Minot

Membres Manifestations Publications Livre d'or Les villages Localisation

Précédente Suivante

 

Le village de MINOT, MIGNOT en 1740, MIGNOTUM désigné par Courtépée a une population actuelle de 254 habitants, (800 habitants au Moyen Age).
Entre 1790 et 1802, MINOT a été le chef-lieu d'un canton qui comprenait Minot, St Broingt-les-Moines, Beneuvre, Chaugey et la commanderie de Montmorot.
Les Templiers, puis les Hospitaliers de St Jean de Jérusalem, établis à Montmorot, étaient seigneurs et propriétaires en 1380 d'un tiers de MINOT.
Le village de MINOT paraît avoir une origine très ancienne, on peut dire celtique, pour preuve, les nombreux tumulus déjà fouillés par les archéologues du XIXe au XXIe siècle.
MINOT, pays de mines, possédait quelques mines de fer. Des puits de mines existent encore dans les bois communaux, lieu dit autrefois «Maupertuis», un fourneau métallurgique près de la ferme du «Gros Velbret» et des forges près du Brevon, petite rivière, lieu dit «La combe des forges».
 

Le village se compose de deux parties, autrefois séparées, aujourd’hui reliées.
Dominant la vallée de la Digeanne, MINOT haut se distingue avec son château «Du Mont».
Le vieux «Castellum» possède encore une tour avec maçonnerie romaine. Il fut détruit en 1477, reconstruit fin XVe siècle, remanié en 1809.

MINOT bas, possédait à l’origine un château fort nommé «La Tour percée» ou «Tour du Vau», bâti sur un terrain marécageux, alimenté par le ru d’Olan, dont il reste aujourd'hui une mare proche de la salle des fêtes. Ce château fut détruit aux environs de 1339.

Le territoire de MINOT, proche du plateau de Langres, possède encore 8 écarts, ainsi qu’un hameau Thorey. Celui-ci possède encore aujourd’hui, sur un terrain communal, une chapelle du XVIe siècle, en partie ruinée.
 

Un moulin est toujours installé sur la Digeanne.

 

 

L'église est classée monument historique, sous le vocable de St Pierre, remaniée aux XIVe et XVe siècles. Ses proportions reflètent l’importance du village au Moyen-âge.
C’est une ancienne chapelle romane qui sert de chœur à l’église, augmentée au XIIIe siècle d’une nef à six travées, avec ses collatéraux. La nef est voûtée d’ogives sexpartites et les collatéraux voûtés d’ogives quadripartites.
Des baies agrandies au XIXe siècle éclairant l’église, ont imposé de lourds contreforts.
Un porche en pierre de style toscan, a remplacé fin XVIIIe, un ancien édicule où les habitants pouvaient se réfugier, en cas de danger.

Lire la suite ...
 

Les anciennes halles construites en 1831ont été restaurées et abritent aujourd'hui la salle des fêtes.
 

La Léproserie : construction du XVIIe siècle, débris du XVe siècle.
Sur la face nord-ouest, au rez-de-chaussée comme au premier étage, se voit encore une série de petites fenêtres, avec traces d’égouts d’évier, marquant chacun des compartiments, séparément destinés aux malades.
Une tourelle ronde, accolée au pignon, renfermait l’escalier conduisant à l’étage.
Bel ensemble restauré du XVIIe siècle, galerie avec tourelle d’escalier, porte ferrée de clous, munie d’ un heurtoir. Sous le porche, soubassement en pierre de la colonne de soutien, XVe siècle, au-dessus de la grande porte de la cour, couverte de bois.

Maison du XVe siècle : côté est, très jolies fenêtres dont l’une géminée,  au pignon du midi, au dessus de l’escalier extérieur, naïves sculptures ayant la prétention de figurer l’image de la mort.

 

 

Maison de M. Guillemin, chirurgien militaire de Napoléon 1er, maire de MINOT de 1830 à 1846.

 

Construction du XVIIe siècle, fenêtre géminée de l’époque, tourelle ronde avec escalier en spirale desservant les étages.
A droite de la porte d’entrée, curieux motif sculptural, style Renaissance(1582),
Au centre de l’encadrement, la pierre figurait jadis le panonceau notarial, mutilé durant la Révolution.
Une main inexperte a gravé «Mors omnia resolvet», «La mort résoudra tout».
 
Les fontaines anciennes
datant du XVIIe au XIXe siècle, ainsi qu’un puits de séparation des deux parties du village.

 

" Tiercé en pairle ; au 1er de gueules à 2 pics de mineur d'argent ; au 2ème d'azur au lion d'or qui est Grancey ; au 3ème d'argent à 3 merlettes de sable posées 2 et 1, qui est Mignot."

 

Geneviève Jobelin, qui a rédigé cette page en s'appuyant sur les écrits de M. Potey, propose de fournir plus de renseignements sur Minot. Cliquez ici pour la contacter.

Retour en haut

Association des Amis d'Aignay-le-Duc et Alentours      Mairie      21510 Aignay-le-Duc     France
Pour toute question concernant ce site Web, envoyez un courriel à Dominique Lagoutte.
Dernière modification : 10/10/2017.